Gradiva - Créations au féminin


Jeanne Hyvrard

J’ai connu Michèle Ramond aux Éditions des Femmes et c’est avec elle que j’ai rejoint en 2003 le Séminaire de « Traverses » à Paris 8, avant de la suivre dans celui de « Gradiva ». Économiste et Juriste de profession, écrivain malgré moi, en permanence décalée, j’y fais l’expérience que cet angle de vue n’est pourtant pas le plus mauvais pour appréhender la révolution cybernétique globalisante en cours et son impact sur la condition des femmes. Après avoir lu l’œuvre du masculin Claude Ollier, doutant de la spécificité d’une écriture féminine, je me suis attelée à repenser les bases de la représentation du monde et de la société dont nous sommes issus. Au fil de mes vingt-cinq livres aujourd’hui publiés, il m’est apparu que le centre de la question était le rétrécissement de la pensée à une logique du tiers exclu qui a permis au fils d’évincer d’abord la mère puis de la scotomiser. Ainsi de féministe suis-je devenue petit à petit maternaliste, m’efforçant de penser la maternalité, concept que j’ai inventé pour repenser le monde du point de vue de la mère sans pour autant le réduire à un point de vue de la maternité.

Publications

Ouvrages

  • Canal de la Toussaint, mon grand œuvre alchimique

  • La pensée corps, dictionnaire philosophique

Site web